Call of Juarez: Gunsligner

Call of Juarez est une série de jeux-vidéo, normalement dans l’univers « cow-boy ».

Alors deux choses.
Primo c’est un univers cow-boy loin de « Brokeback Mountain », ici c’est sueur, sang, vengeance, argent, etc.
Deuxième primo je dit normalement car avant de revenir au source avec Gunsligner, la série des Call of Juarez c’est perdu du côté de « The Cartel » avec un FPS moderne sans saveur ni intérêt.

1 – Synopsis

On incarne Silas Greave, un homme devenu chasseur de prime pour se venger des bandits qui ont tué ses frères et lui aussi par la même occasion.
Original non?

2- Les armes et ennemis

Western oblige, on a des colts, des carabines, des gatlines et surtout, des duels de revolvers.

Les ennemis, et c’est là le principal intérêt du jeu, sont mythiques. De Billy The Kid, aux frères Dalton, en passant par Jessie James, notre héro est un chasseur de primes compétents.
Par contre, les ennemis de bases, ceux qu’on enchainent pendant tout le jeu, ce sont 3 archétypes avec uniquement la couleur qui change … Un peu dommage.

3 – XP et compétences

Le jeu étant très « borne d’arcade », chaque ennemi abattu rapporte des points d’expériences. Point qui permettent de se « spécialiser » dans un style de combat.

Pistolero: on s’oriente vers le combat avec deux pistolets. Cette spécialité débloque, entre autre, un pistolet: le « quickshooter » qui comme son nom l’indique est spécialisé dans la rafale; ainsi que le « ranger » qui permet de tiré loin et lance de gros pruneaux dans la tête de vos ennemis.

Distance: orienté vers le fusil de distance, avec des bonus comme un ralentissement quand on vise, porter plus de balles …

Corps à corps: là on fait de la bouillie à courte portée. Utilisation du fusil à canon scié, mis aussi du pistolet à canon scié. Ici les ennemis vont en scier chier!

Sincèrement, à la première partie on fini avec une double spécialité, donc au final c’est presque une ligne droite de compétences à débloquées sans faire de concession sur les compétences…

4 – La difficulté

Elle est plus dépendante du nombre d’ennemis qu’autre chose.
Très souvent la mort est due à une inattention de la part du joueur, le rendant encerclé, plutôt qu’à un ennemi fort voir dans certains cas à la rigidité du jeu (tenter de passer par un petit fleuve plutôt qu’un pont = MORT !)

Cette remarque est d’autant plus vrai qu’au fur et à mesure de notre monté en niveau, les ennemis deviennent de plus en plus faibles.
Ce qui se comprend, ce n’est pas parce que l’on sais mieux se servir d’un pistolet que le mec d’en face aussi.

5 – Avis

Le jeu étant sorti il y a pas mal de temps, il se trouve à 15 euro sur Steam.
C’est pas le jeu du siècle mais si vous recherchez un jeu où il n’y a pas besoin de réfléchir, sans prise de tête, c’est le jeu idéal.
Ne vous attendez par contre pas à une expérience vidéoludique inédite ou très mémorable, le tout en maximum une dizaines d’heures.

Petit bonus: ayant rejoint l’équipe de watchagames, je vous colle ici les gameplays de Call Of Juarez que j’ai réalisé moi-même.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.