Brütal Legend – You cannot kill the Metal !

Il y a pas mal de temps, on m’a donné une clé d’installation pour un jeu nommé Brutal Legend.

En fait cette personne avait gagné une clé et avait déjà le jeu, j’ai demandé à l’avoir pour faire chier, et… en réalité le jeu déchire !

Avant tout, cet article doit se lire avec une petite musique de fond !

Présentation

Le jeu date 2013 sur PC (soit quand même presque 5 ans de retard comparé aux consoles !), est développé par le studio Double Fine qui édite aussi entre autres Costume Quest (un autre rpg qui déboite de la licorne par transpalette !).

Le pitch de départ est simple, on est un roadie (un technicien) nommé Eddie. On travaille pour un groupe de Heavy Metal (qui joue du metal comme les Svinkels jouent du Beethoven). Lors d’un concert, Eddie meurt en sauvant un des membres du groupe, et se retrouve plongé dans un monde où le Metal est une sorte d’ancienne religion.

De l’humour.

Le jeu est disponible en version française pour les anglophobes, et un bel effort est fait afin de conserver un max de vannes, ou de les retranscrire.

J’ai cru comprendre que Double Fine adore ce type d’humour qu’on peut retrouver dans Costume Quest (un excellent jeu que vous conseil !) et franchement ça déchire !

Regardez par exemple le prix du vinyle.

Regardez le prix.

Regardez le prix.

Graphismes

Alors c’est très subjectif, mais je trouve le jeu très beau, bien que très simpliste.

Bon par contre il ne faut pas chercher des options de folies, globalement à part changer sa résolution d’écran il n’y ’a rien.

Jeu de rôle/strategie?

Les combats simples sont à base de deux touches. Clic gauche on attaque avec une hache surdimensionnée, immense symbole phallique ; et clic droit on attaque avec une guitare permettant au choix d’électrocuter ou bruler l’ennemi.

La hache est personnalisable. On peut augmenter les dégâts de base, bruler l’ennemi à chaque coup, électrocuter les ennemis alentour, récupérer de la santé à chaque coup…

La guitare est aussi personnalisable, elle peut permettre de bruler l’ennemi ou l’electrocuté afin de le rendre immobile, diminuer son cooldown.

La personnalisation de la monture comprend des armes et de la résistance que je vous laisse découvrir. L’utilité est discutable pour cette partie…

Les tenues elles n’ont qu’un impact visuel.

Les combats de boss se jouent « scène contre scène », il faut « invoquer » des fans de différents de type, que ce soit les metalleux qui remue leur tête, les vigiles aux gros bras, des roadies invisibles, etc.

Il faut montrer que nos fans sont de meilleurs fans que ceux de l’adversaire.

Le royaume du QTE

Resident Evil 6 à créer la QTE Song, si Brutal Legend était sorti avant c’est lui qui l’aurait créer.

Vous voulez lancer un sort ? QTE !

Invoquer votre véhicule qui servira de monture ? QTE !

On passe le plus clair de son temps à faire des QTE, QTE simples ne nous donnants pas l’impression d’être un dieu.

C’est con, très con, vu que ça coupe le rythme du jeu.

Des Guests à la pelle !

Outre le héros qui est très ressemblant à son doubleur, Jack Black, on retrouve le Prince des Tenebres, Lemmy Kilmister, et toute une chiée.

Chose marrante en VF, on a une guest dont je ne suis pas sur de la présence en VO…

Vous vous souvenez de ça ?

Moi Willy fils de rockstar.

Moi Willy fils de rockstar.

C’était déjà un clin d’œil à Kiss, mais dans la VF les headbangers ont la même voix que le père dans ce dessin animé.

Un clin d’œil de clin d’œil ?

L’histoire

Au début j’ai cru que le jeu n’allait pas me surprendre, qu’il s’agissait d’une simple histoire de trahison à la con comme on en a souvent. En soi ça ne m’aurait pas dérangé, ce jeu se basant sur son ambiance et univers plutôt que l’histoire.

Que nenni, finalement l’histoire est vraiment bien posée à coup de twists !

Ambiance sonore

Si on n’utilise pas la monture, le jeu est presque poétique tellement il est vide !

Un peu à la manière d’un GTA, si vous n’êtes pas en véhicule, pas de musiques. Mais dans GTA y’a des bruits dus à l’environnement, pas dans Brutal Legend.

En revanche, si on prend la monture, on est face à CENT-SEPT MUSIQUES !

Un pur régal pour les oreilles.

Avis

Ce jeu vaut largement une note de METAL/20 !

Comptez une douzaine d’heures pour le finir, mais ça en vaut le coup.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.